Elie Viallet capitaine de chasseurs alpins 1914-1915
Jacques Gasqui (aux Editions Bernard Giovanangeli)

 
En exactement dix mois de campagne, du baptême du feu près du col de la Schlucht, le 15 août 1914, à sa mort le 15 juin 1915, sur les pentes de l'Hilsenfirst, le capitaine Viallet du 13e bataillon de chasseurs alpins a écrit une centaine de lettres à sa famille qui nous permettent de suivre pas à pas l'itinéraire dans les Vosges de ce « diable bleu » et de son unité, avec en point d'orgue les combats de Mandray, de l'Hartmannswillerkopf et de l'Hilsenfirst.
Richement illustré par de nombreux documents inédits, ce livre présente aussi l'originalité de dresser au fil des événements le portrait d'autres soldats des troupes de montagne, et d'évoquer ainsi plus collectivement l'histoire de tous ceux qui ont combattu dans les Vosges au cours des très dures années 1914 et 1915. Coïncidence de l'histoire, deux d'entre eux, devenus plus tard généraux, ont vécu à Saint-Georges-de-Commiers, petit village de l'Isère dont est originaire le capitaine Viallet et méritent une place de choix. Le premier est Antonin Regard, alors lieutenant au 22e BCA, blessé tout comme Élie Viallet dans les combats de Mandray fin août-début septembre. Le second est le chef de bataillon Auguste Lardant, qui prend le commandement du 7e BCA à l'Hilsenfirst le jour même où est tué le capitaine Viallet.
La mémoire du capitaine Viallet est encore présente parmi les chasseurs alpins : le bâtiment de la 4e compagnie du 13e BCA au quartier de Roc Noir porte toujours le nom du capitaine Viallet ; il y a toujours des vestiges du camp Viallet à l'Hilsenfirst.

 


La partie consacrée à l'Hilsenfirst reste courte dans cet ouvrage étant donné que le capitaine Viallet tomba dès les premières heures de l'attaque du 13e BCA le 15 juin alors qu'il tentait de rejoindre la 6e cie du 7e BCA encerclée depuis 24 heures...
Jaques Gasqui, que je remercie, m'a fait parvenir en complément de son ouvrage les 4 photos inédites qui viennent compléter le croquis réalisé par le commandant Engel lorsqu'il l'envoya à la mère d'Elie Viallet le 3 octobre 1920.


Plan général


Textes écrits au dos des photos A, B, C, D, jointes avec le croquis

(lettre du Cdt ENGEL du 3 octobre 1920)

Photo A :

L’Hilsenfirst vu d’à côté du camp Viallet. A gauche le ravin profond qui nait de la ferme de Langenfeld.
Photo prise du point de départ approximatif de la Cie Viallet

Photo A

Photo B :

Le ravin de Wurstenrunz (Wur marqué sur le croquis). M- emplacement de mitrailleuses tirant sur la Cie Viallet (marqué sur le croquis).
Le bois a disparu. Le boche était à la lisière, crête de l’épaulette.

Photo B

Photo C :

En pointillé le commencement du ravin de Wurstenrunz
Ruine de la ferme
Le sommet en haut à droite
Au crayon, point où la Cie Viallet fut arrêtée par le tir des mitrailleuses du croquis et où votre
fils fut atteint.
D’après mes souvenirs

Photo C

Photo D :

Vue prise d’à peu près la ligne allemande. Point d’attaque de la Cie Viallet : au milieu le petit
col du croquis
Au crayon, point où votre fils fut atteint.
Photo D

Lettre adressée à la mère du Capitaine Viallet
  • Lettre

Mémoire des Hommes